Cinq jours chrono

Cinq jours, c’est le temps qu’il nous reste pour atteindre l’aéroport de Bangkok et nous envoler pour le Chili. Cinq jours, c’est court, mais on compte bien les faire compter et ouvrir grand nos yeux sur ce tout nouveau pays qu’est la Thaïlande.

Le passage de frontière est des plus désagréables. Nous sommes en pleine autoroute touristique entre Siem Reap et Bangkok, et les deux heures de queue pour obtenir un tampon sur notre passeport nous le rappellent bien. Heureusement, on peut compter sur la bonne humeur de nos voisins de file, viticulteurs bordelais, pour nous remonter le moral en attendant !

L’arrivée en Thaïlande est surprenante et en même temps assez décevante. La frontière est surpeuplée de banques et de supermarchés. Difficile aussi de se réjouir de la réapparition de ces derniers sous cette chaleur. On change les rétros de côté (et oui, ici on roule à gauche !) et on se sauve bien vite. La route n’est pas non plus très réjouissante : une grosse voie rapide avec, heureusement pour nous, une large bande sur le côté. Par rapport au Cambodge, les deux-roues ont presque entièrement disparu et ont laissé place à de beaux pick-ups. Les camions aussi paraissent plus modernes. Le paysage ressemble à l’idée que je me fais d’une route aux Etats-Unis, à la différence qu’ici, la figure du Roi est partout, dans de beaux cadres plantés sur le terre-plein central.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On aime bien notre piste cyclable !

Pour notre première nuit en Thaïlande, nous bénéficions de l’hospitalité des moines bouddhistes et montons la tente dans les jardins d’un temple. Notre premier repas n’est pas facile pour moi : nous commandons des plats dans la cantine voisine mais tout est trop épicé pour moi et je me contente de riz blanc, ce malgré les efforts de la propriétaire pour trouver un plat que je pourrais avaler…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nuit au temple

Route monotone, difficulté à manger, les premiers moments en Thaïlande ne présagent rien de bon. Mais notre deuxième journée nous dévoile une nouvelle facette de ce pays, qui nous fait immédiatement changer d’avis : les Thaïlandais sont extrêmement gentils ! Alors que nous faisons une pause sur le bord de la route, pas moins de quatre pick-up s’arrêtent pour nous proposer de l’aide et des boissons. Plus loin, c’est un conducteur qui nous fait signe pour nous offrir à chacun un sac rempli de boissons fraîches : il nous avait repérés sur la route et s’était arrêté dans une station service pour nous acheter de quoi nous désaltérer. Nous sommes épatés devant tant de petites attentions. Le soir, c’est la propriétaire d’une station service qui nous autorise à dormir sur son terrain et nous propose même d’utiliser la douche !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dormir près des pompes, le comble pour des cyclistes !

Le lendemain, nous découvrons en prime que la police de l’autoroute a mis en place une aire de repos pour cyclistes avec wifi gratuit. Les policiers nous offrent boissons et bananes, et en échange on fait quelques selfies avec eux. Nous sommes au paradis des cyclistes !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pince moi, je rêve !

Pour ce qui est de la nourriture, je m’adapte, j’apprends à reconnaître les plats “à risque” et m’habitue petit à petit. Cela tombe bien, car nous arrivons à Chachoengsao, où nous sommes accueillis par Steve, Da et leur ami Neal. Steve, originaire du Canada, est professeur d’anglais en ce qui est ici l’équivalent du CP, et donne en plus des cours d’anglais chez lui le soir avec Da.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est l’heure de la cantine !

En Thaïlande, il existe plusieurs programmes à l’école : classique, anglais, chinois ou scientifique. Le premier est gratuit, mais les autres sont payants, et tous cohabitent dans les mêmes établissements. Steve enseigne dans le programme anglais. Cela signifie que, par rapport au programme classique, ses élèves ont plus de cours en anglais, mais aussi ils sont moins nombreux par classe, ont plus de professeurs (deux et une assistante) et bénéficient de l’air climatisé et d’un accès à Internet dans la salle de classe. Une école à deux vitesses d’autant plus révoltante pour nous que les enfants en sont ouvertement témoins : les élèves de Steve côtoient dans la cour de récréation les élèves du programme classique, qui étudient au rez-de-chaussée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La salle de classe de Steve

Les jeunes enfants, d’un niveau équivalent au CP, sont déjà bien avancés en anglais, et nous avons aimé pouvoir jouer avec eux et répondre à leurs questions. Nous leur avons aussi montré notre vidéo de repas de St Valentin, devant laquelle ils ont hurlé de dégoût ! Eh oui, de façon surprenante pour nous, en Thaïlande on mange des insectes, mais manger des araignées, ça reste dégoûtant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Délicieux petit-dej préparé par Da !

Notre séjour à Chachoengsao est aussi l’occasion pour nous d’en apprendre plus sur la cuisine thaï, mais aussi de manger des sushis pour la première fois depuis plus de six mois ! Ici comme au Cambodge, la base du repas reste le riz, mais le plat qui l’accompagne est plus épicé. Nous avons préféré la nourriture des cantines khmères à celle des cantines thaïs, mais pour ce qui est des restaurants, nous avons été bluffés par la richesse des saveurs thaïs. Au petit-déjeuner, pas énormément de changement, toujours du riz, accompagné d’un curry de légumes. Maintenant, on en raffole !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sa Majesté au-dessus de l’entrée

Pour notre dernière matinée dans le pays, nous visitons le temple Wat Sothon, un des plus grands et plus visités du pays. A notre arrivée cependant, je regrette la modestie des temples au Cambodge… Celui-ci me rappelle un peu un château de conte de fées… A l’intérieur, on peut admirer une figure de Bouddha dont le mythe raconte qu’elle a été trouvée flottant sur la rivière. Pour entrer, il m’a fallu revêtir ce que l’on a surnommé mon “peignoir thaï” : admirez l’accord des couleurs !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A l’intérieur du temple

La route jusqu’à l’aéroport se fait sans encombre et un peu à reculons (si toutefois c’était possible à vélo). Après un tel aperçu, nous avons du mal à nous dire que nous allons quitter un pays si accueillant et si différent. Nous sommes maintenant très curieux de pouvoir découvrir véritablement la Thaïlande. Ce pays que l’on pensait se résumer à des plages pour touristes occidentaux offre en fait un merveilleux terrain d’aventures pour cyclistes… et nous avons hâte de retrouver la gentillesse et la générosité thaïs ! En démontant nos vélos à l’aéroport, on se promet de revenir. Mais pour le moment, il est tant de s’envoler pour un nouveau continent !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tadam !

Et voici les dernières photos de notre long passage en Asie !

4 commentaires

  1. Contraste, après les temples et la forêt! Mais les photos restent belles!
    La dernière nous laisse impatients de lire le récit de votre séjour au Chili, tout comme vous l’étiez vraisemblablement vous même d’y être!
    Merci pour ces deux beaux récits.
    Toujours des pensées vers vous.
    Gros baisers.
    Nathalie

  2. nous savourons les paysages que vous nous faites découvrir – bravo et merci de nous en faire profiter – changer de continent vous nous faites vivre vos impressions-
    bonne continuation et grosses bises à vous deux
    jo et Yvonne

  3. Plus je vous lis, plus j’ai envie de (re)partir. Argh. 🙂
    Merci de partager tout ça.

  4. Vous êtes formidables 😉
    Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *