Les deux cyclistes et les temples perdus

L’arrivée à Siem Reap nous a laissés complètement éberlués. Sans transition, nous passons de la campagne et de ses maisons en bois sur pilotis à une ville haute de ses immeubles et hôtels étoilés, aux avenues grouillant de bus, voitures et touk-touks. Nous avons le sentiment d’avoir changé de pays. « C’est ici qu’ils devraient nous demander un visa ! » Nous pédalons tranquillement, essayant d’assimiler le changement : oh, un parc ! Des avenues bordées d’arbres ! Oh, un marchand avec des prix affichés (et en dollars) ! Et encore mieux ou pire : un, deux, non cinq (on a arrêté de compter) supermarchés ! Mais où sommes-nous ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une rue presque piétonne à Siem Reap

Complètement désorientés, nous nous dirigeons machinalement vers notre point de rendez-vous avec notre hôte Seyha, qui possède un business de tours et de location de vélos en centre-ville, au rez-de-chaussée d’une auberge de jeunesse. Mais nous n’étions pas prêts, en laissant nos vélos à l’entrée, à ce qui nous attendait à l’intérieur. C’est recouverts de sueur et de poussière et abattus par la chaleur et le trop-plein d’émotions de cette arrivée que nous nous retrouvons nez à « nez » avec… une piscine ! Une vraie, avec de l’eau fraîche et des touristes qui s’y baignent. On fait preuve d’une grande force de volonté pour ne pas nous y jeter tout habillés…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Retour à la campagne, ouf !

Pas de piscine pour nous, malheureusement. Mais nous rencontrons le père de notre hôte, qui va nous sauver en nous conduisant vers sa maison, en dehors de la ville. Enfin, nous échappons à cette terre peuplée de piscines, de supermarchés et de clims. Beurk. On retrouve les rizières, les routes de terre, les petites cantines et les jolies pagodes. La maison de Seyha est située au milieu des champs, dans un environnement en apparence paisible. Je dis « en apparence » car la nuit, tout s’anime : les chiens aboient, les voisins (assez loins mais le bruit porte) se marient… Nous profitons de ce calme relatif et de la soirée en famille pour nous reposer un peu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Chambre avec vue

Le lendemain, nous reprenons tranquillement en pédalant vers le Tonlé Sap, plus grand lac d’eau douce d’Asie du Sud-est, où nous espérons apercevoir des villages flottants. A l’approche de la rive, il nous faut batailler avec un rabatteur de bateau touristique, qui nous affirme qu’il est interdit de continuer par voie terrestre. Merci à la formation à New Delhi ! Nous continuons tout de même, longeant le canal emprunté par les bateaux chargés de touristes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On les rattrape !

Très vite, nous roulons le long d’un village où les maisons et même l’église ont les pieds dans l’eau. Les habitants se déplacent comme nous sur le terre-plein, ou en bateau. Nous continuons notre route jusqu’à la rive, où l’on aperçoit un autre village, cette fois au milieu du lac. Nous sommes impressionnés par sa taille ! Près de nous, un pêcheur jette ses filets dans le canal.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On voit quand même que c’est la saison sèche

Nous passons la suite de notre après-midi à faire des courses dans Siem Reap. Il est facile d’y trouver tout ce dont nous avons besoin. Les supermarchés regorgent même de produits occidentaux : fromage, nutella, chocolat… On a failli craquer, mais on est restés raisonnables… pour quelques minutes puisqu’on s’est quand même offert une glace ! Siem Reap a aussi un marché, mais qui est très mis en scène pour les touristes et où les prix sont finalement les mêmes qu’au supermarché… Il faut s’éloigner un peu pour retrouver des cantines et des marchands de fruits et légumes aux prix raisonnables.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Promenade au centre de Siem Reap

Le soir approche. Il est temps de partir découvrir les monuments qui font de Siem Reap cette capitale touristique : les temples d’Angkor ! Nous avons opté pour une seule journée, notre budget et notre temps étant comptés. Mais en prenant nos billets à 17h pour le lendemain, nous avons droit à une soirée gratuite !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On y est !… Et on n’est pas seuls

Angkor, ancienne capitale de l’Empire Khmer, est un ensemble gigantesque de ruines et de temples classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Loin d’être un ensemble homogène, chaque souverain contribuait à la construction de la cité en édifiant un nouveau temple ou palais. Il y en a donc pour tous les goûts !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dédié à Vishnu à sa fondation, aujourd’hui ce temple est bouddhiste

Nous passons notre première soirée à Angkor Wat, réputé plus grand monument religieux au monde et emblème du Cambodge (il apparaît sur le drapeau !). Effectivement, l’ensemble est impressionnant, mais nous sommes vite fatigués par le monde qui se presse autour de nous. Ce temple aux tours en forme de lotus a été occupé en continu de sa fondation comme temple dédié au dieu hindou Vishnu jusqu’à aujourd’hui. Quand il a été « découvert » par les européens, ce n’était en effet pas une ruine, mais un monastère bouddhiste toujours en fonctionnement.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vive le vélo et les temples perdus !

Puisque la foule nous déplaît, nous optons le lendemain pour une autre technique. Puisque nous sommes à vélo, nous en profitons pour quitter la route et son flux incessant de touristes pour explorer les petits sentiers qui serpentent dans la forêt et partir à la découverte de temples plus petits ! On se prend pour Indiana Jones, ou plutôt Lara Croft, puisque c’est ici qu’ont été tournées de nombreuses scènes du film !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un baray, l’étang et la piscine des locaux

Mais finalement derrière les temples, on trouve certes de la forêt, mais aussi des villages où la vie se déroule tranquillement, loin de l’agitation touristique. Des pêcheurs s’affairent dans le baray, un grand réservoir qui servait à alimenter la cité pendant la saison sèche. Nous nous amusons bien à rouler à toute allure entre temples déserts et champs, et à nous remplir les yeux des paysages. Quel plaisir de voir surgir une énorme porte au milieu de la forêt !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ca fait bizarre quand on tombe sur ça au détour d’un chemin…

On descend tout de même parfois de nos montures pour visiter les temples. Ta Prohm, celui de Tomb Raider, est connu pour ses arbres qui ont envahi et soutiennent désormais le temple. « La nature reprend ici ses droits » disent tous les guides. Jolie mise en scène, mais le passage est tout de même bien ménagé pour les touristes… Notre temple préféré ? Le Bayon, palais aux mille visages, dont nous avons tout particulièrement apprécié les bas-reliefs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Détail des bas-reliefs du Bayon : sous une bataille navale (avec les chapeaux qui ressemblent à des cheveux longs, ce sont des Chams, ennemis des Khmers), vie quotidienne au bord du Tonlé Sap

Les bas-reliefs racontent l’histoire du royaume Khmer, ses guerres contre les Chams, royaume ennemi, mais aussi la grandeur de l’Empire et de ses souverains, et les grands mythes comme le barattage de l’océan de lait (Kshirasagara manthana). Cet épisode est représenté sur un bas relief d’Angkor Wat, et montre les dieux et les démons barattant l’océan de lait à l’aide d’une montagne renversée sur le dos d’une tortue (avatar de Vishnu) afin d’en obtenir un élixir d’immortalité. Heureusement, à la fin, les dieux réussissent à s’en emparer et les démons sont envoyés en enfer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lui, il n’y a pas de doute, c’est le roi

Nous nous sommes donc bien amusés à lire ces bas-reliefs, à y chercher des témoignages de la vie quotidienne à l’époque de leur réalisation et à en apprendre plus sur la mythologie hindoue ! Entre nos excursions sur les chemins dans la forêt et notre goût pour les bas-reliefs, nous avons réussi à éviter la foule. Heureusement, car nous avons assez mal vécu les rares moments où nous devions jouer des coudes pour avancer…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un bel éléphant, qui malheureusement n’a plus toutes ses dents

Le soir venu, nous sommes bien contents de pouvoir quitter l’agitation de Siem Reap pour repartir chez nos hôtes. Nous y faisons la connaissance de Sandrine et Florent, qui pédalent autour du monde sur leur tandem pour leur voyage de noces ! On échange des petits conseils pour la suite du voyage, et ils nous donnent bien envie d’aller découvrir l’Amérique du Sud, où ils ont passé plusieurs mois. Ça tombe bien, notre avion pour Santiago est dans quelques jours. Mais pour cela, pas de temps à perdre, il faut pédaler vers Bangkok ! Au revoir les jolis temples et nos aventures dans la forêt, adieu Siem Reap et son activité débordante ! A nous la Thaïlande !

Pas assez de photos ? Cliquez vite ici !

Un commentaire

  1. Ca donne envie, tous ces temples. Effectivement la meute touristique ne m’attirerait pas non plus. Vous avez eu la chance de prendre les chemins de traverse avec vos vélos.
    Je crois que c’est le premier article où vous ne parlez pas de bouffe !!!!
    Pas de découverte culinaire à partager? Ce n’est peut-être pas très varié?
    Gros bisous . Bonne fin d’Argentine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *